Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2015 2 07 /07 /juillet /2015 08:37

Si le présent blog a souvent été le terrain de joutes juridiques, toujours amicales, dédiées aux rapports entre le droit international et la fiction (çà et ), certaines œuvres populaires ont plus franchement suscité les querelles doctrinales que d’autres. Il n’est pas nécessaire de rappeler aux plus fidèles d’entre vous la verve avec laquelle Hervé Valoche et la tante Jeanne Duhaprès ont exposé leurs arguments respectifs au sujet du Seigneur des Anneaux. Personne n’a vraiment gagné (même si Jeanne dit le contraire) et c’est là tout l’intérêt des « querelles juridico-fictionnelles » sur blog : elles sont vaines mais stimulantes.

Le (faux) problème est que la querelle juridico-fictionnelle sur blog est, a priori, séparée de la querelle juridico-fictionnelle en colloque par un fossé plus vaste que celui qui éloigne le hockey sur glace du hockey sur gazon. Si, dans les deux cas, on risque de prendre des mauvais coups, on le fera sans doute de manière moins gracieuse sur l’herbe.

 

Law of the Rings - Le droit appliqué à Tolkien?

C’est donc non sans perplexité que j’ai reçu puis répondu à l’aimable invitation qui m’a été faite début 2015 par de joyeux juristes de l’Université de Strasbourg (« Unistra » pour les intimes). Fous peut-être – d’aucuns diront « strasbourgeois », cela n’engage qu’eux –, ces quelques universitaires chevronnés, issus à la fois de la Faculté de droit locale et de l'association étudiante MédiaDroit, avaient envisagé la folie ultime : organiser un colloque où l’on parlerait de droit… dans le contexte de l’œuvre de Tolkien.

-Ça te dit de participer à un colloque sur le droit et Tolkien ?

Ma réaction a, bien sûr, été des plus réservées :

-HA HA HA HA ! Oui.

Il faut dire que la démarche suggérée, farfelue au premier abord, avait en réalité tout de scientifique, comme j’ai pu le constater aussi bien en préparant péniblement mon intervention (limitée à 10 minutes chrono) qu’en découvrant le reste du programme : « Diable, il y avait vraiment du syllogisme juridique comme on les aime dans tout cela ? ». « Le Pr. Niki Aloupi va parler de Sauron et de la Cour pénale internationale ? ». « Mon Dieu, le Pr. Vlad Constantinesco effectue les conclusions ? ». « Et en plus la manifestation s’intitule Law of the Rings ? ». « Diantre, je n’ai jamais mis les pieds à Strasbourg alors qu’il s’agit d’une des Mecques du droit international ? ».

Que demandait le peuple juridique ? Le paradis pour Raoul.

C’est donc après avoir dit « oui » ; après avoir échangé quelque SMS doctrinaux avec la tante Jeanne ; après avoir péniblement comprimé mes élucubrations juridico-tolkienesques dans le cadre imposé des dix minutes ; après avoir décliné la suggestion de mes amis d’amener à Strasbourg une réplique de l’Anneau de pouvoir ; après avoir embarqué Raoul dans mes bagages, que j’ai découvert Strasbourg et son université (ce faisant, je me suis perdu pendant quarante-cinq minutes, tel un Hobbit isolé dans les Mines de la Moria – mais l’Histoire ne le retiendra pas).

Et là, premier élément de stupeur (au-delà des stores rouges aveuglants des fenêtres de la Faculté de droit – parlons-en) : la cafétéria locale sert de la bière, contrairement à mon établissement de provenance. Le beau lieu que voilà, digne concurrent du Poney Fringant. « On va nécessairement passer une bonne soirée ! ». D’ailleurs, sans doute influencé (ou sous influence), j’ai rapidement eu la conviction que les étudiants et les enseignants avaient l’air plus heureux, ce qui n’appelle pas d’autre explication que la présence de bière à la cafétéria.

Second élément de stupeur : on m’annonce que l’amphithéâtre est comble et qu’il a même fallu refuser du monde. Quoi ? Une salle comble pour un colloque ? Un défi pour la Société française pour le droit international ? Par quel maléfice – digne de Saroumane – un colloque juridique organisé en milieu de semaine, de 17h à 20h, peut-il être plein à craquer ? L’« effet Seigneur des Anneaux », remis au goût du jour par la sortie récente de la trilogie du Hobbit, n’y est sans doute pas étranger. Déception toutefois : contrairement à ce qui m’avait été annoncé, aucun étudiant n’a eu l’audace de venir grimé en personnage de la Terre du Milieu.

Law of the Rings - Le droit appliqué à Tolkien?

Cette affluence estudiantine exceptionnelle, sans fard ni cosplay, a néanmoins permis de démontrer la force de ce bel évènement. Comme l’a justement indiqué l’un des chefs d’orchestre de l’évènement, Anne-Laure Mosbrucker, les concepteurs de la manifestation se sont contentés de proposer l’application d’un raisonnement juridique (rigoureux) à un contexte original, celui de la Terre du Milieu. L’analyse menée par les différents universitaires qui se sont succédé à la chaire n’en est pas moins demeurée strictement juridique : au fil des exposés, l’assistance, d’abord curieuse puis envoûtée, a découvert que cette œuvre pouvait se prêter à des analyses ressortant du droit international privé, du droit des contrats, du droit des biens, du droit de l’environnement ou, naturellement, du droit international (général, pénal, etc.). L’auteur lui-même s’est surpris à espérer qu’une approche fiscaliste du Seigneur des Anneaux le réconcilie enfin avec la matière.

Vous l’avez compris, l’objet de ce modeste billet n’est finalement « que » de féliciter les organisateurs pour cette initiative dont les vertus pédagogiques apparaissent évidentes, aussi bien parce que des étudiants se sont rués en masse dans un colloque juridique – et ont ainsi été manipulés – que parce la logique juridique n’a pas souffert, ni rougi, de la méthod(ologi)e employée et de l’objet étudié.

Law of the Rings - Le droit appliqué à Tolkien?Law of the Rings - Le droit appliqué à Tolkien?

Du fait, on a hâte de découvrir le deuxième opus du mouvement « Droit et fiction », consacré, selon des rumeurs infondées, à Star Wars.

Site « Droit et fiction » - Unistra

Village de la Justice - Entretien avec A.-L. Mosbrucker et le Pr. N. Aloupi (Dalloz, 2 juillet 2015)

Crédits photos : Nicolas Busser

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé Valoche - dans Vie Universitaire
commenter cet article

commentaires

Soyez Les Bienvenus!

  • : Le Droit international expliqué à Raoul
  • Le Droit international expliqué à Raoul
  • : Blog destiné aux confrères juristes en droit international, à leurs proches et aux curieux. Si vous esquissez ne serait-ce qu'un sourire ou réussissez à faire comprendre la clause de la nation la plus favorisée à votre maman grâce à ce blog, son objectif sera atteint. Autrement je n'ai pas le pouvoir de vous divertir... Animé par V. Ndior, MCF à l'Université Toulouse 1 Capitole.
  • Contact

DI et fictions

DI et Fictions

the godfather movie-10643

Partie Une

Partie Deux

Voyez aussi le projet de recherche de l'ULB Droit international et Cinéma et ses analyses de films et séries (dir. Olivier Corten et François Dubuisson).

Contributeurs

Contributeurs

Ont contribué à ce blog, en leur nom propre ou sous pseudonyme :

Anne de T.
Brejon, Aude
Dichotome
Dufour, Geneviève
Ecudor, Henri
Freddy
Jeanne
Jo'
L'Auvergnate
Latty, Franck
Lauranne
Mael

Marie
Maurel, Raphaël

Rios, Jacobo
Rochas, Sabrin
Rousseau, Nicolas
Sakay, Jarod
Sébastien
Steeve
Stocri
Sur, Serge
Thibault
Thomas
Valoche, Hervé

 

Merci à tous ces enseignants, étudiants et amis du droit international !