Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 00:00

Arnold-Schwarzenegger3.jpg Grand désarroi a frappé à ma porte lorsque le petit Raoul est revenu à la maison, le visage ruisselant de larmes au point de rendre la Wallace obsolète. Ce reniflement compulsif et les hoquets préalables à la crise d'hystérie m'indiquent que l'enfant a subi préjudice après avoir quitté le territoire familial.

 

- Quoi encore…?

 

Et d'apprendre que le voisin a accidentellement roulé sur sa figurine Power Rangers avec son 4x4, trois fois, en l'espace de dix secondes. Prémisses d'une demande de vendetta : ou comment votre rejeton peut convertir votre jour de congé en expédition punitive.

 

Le récit de cette mésaventure est l'occasion parfaite d'éclairer les profanes sur ce qu'est la protection diplomatique tout en les dispensant de notions qui ne leur sont pas aisément accessibles – le mépris envers le non-initié fait notre loisir.

 

Naturellement engoncé dans mon short-marcel du samedi face aux Internationaux de tennis, c'est avec une mauvaise volonté flagrante que je rappelle à Raoul qu'il lui reste quatre autres Power Rangers aux teintes bariolées et que le voisin ne l'a sans doute pas fait exprès, ce à quoi Raoul – mû par une soudaine rigueur scientifique – répond avec pertinence que "trois fois c'est trop louche" et que "de toute façon tu es obligé d'aller régler le problème parce que je suis ton fils etc (convention internationale des droits de l'enfant de 1989, PIDCP, PIDESC, PUIZUT) etc."

 

Tie Break. Ce n'est vraiment pas le moment.

 

Je réponds avec négligence que je n'ai pas l'obligation de régler le problème, que de toute façon le Power Rangers Rouge n'avait pas à "affronter le Mega Chat-ozaure du voisin" sur le trottoir et, qu'après tout, Raoul n'est peut-être pas mon fils car on pourrait l'avoir trouvé sur le toit, déposé par une cigogne épiscopale. En somme :

 

1) Tu n'es pas de chez moi, va identifier ton père biologique et lui demander de te protéger à ma place.

2)  Tu es responsable de cet accident (d'ailleurs tu as les mains sales, lave-les avant de toucher à quoi que ce soit dans ma maison).

3) Pourquoi ne vas-tu pas parler toi-même au voisin ou à ses fils… ou à sa femme? Tu as huit ans après tout, il est temps de prendre des initiatives.

4) De toute façon je fais ce que je veux. Ce que je veux, fils, c'est finir ce match.

 

Grand mal m'en a pris. Raoul m'achève en me rappelant qu'il serait de bon aloi d'obtempérer, autrement il ira alerter ma chère et tendre sur la pousse excessive du gazon, facteur hautement compromettant qui réduirait ma journée de tennis à néant. "Bien sûr, tu n'es pas obligé papa, mais ce serait dans ton intérêt si tu ne veux pas passer pour un père/mari indigne" semble dire le regard vipérin de mon enfant. Dans cinq ans il twittera "Mon père est un débile!", j'en suis persuadé.

 

C'est ainsi que votre serviteur, pleutre chroniqueur pesant 80 kilos tout mouillé, se retrouve un jour de demi-finale sur le perron d'un Arnold Schwarzenegger à la carrure pré-gouvernance de Californie. La discussion s'initie de façon un peu houleuse, tandis que je note avec intérêt que le Power Ranger rouge est resté collé à la roue arrière de sa Pajero grosse comme ma cuisine, garée près d'une fontaine qui pourrait me servir de piscine. De ses deux mètres cinquante de haut, Arnold soulève – sans transpirer – trois arguments afin de ne pas avoir à traiter au fond l'affaire du "sentaï", et ainsi m'obliger à rentrer chez moi :

 

1) C'est vraiment votre fils? Il ne vous ressemble pas… [défaut de nationalité]

Moi : "Ne m'obligez pas à aller chercher le livret de famille… Il s'agit bien de mon fils malgré mon défaut de consentement initial. Je suis donc habilité à prendre sa défense pour encore dix ans."

 

2) Bon, admettons que ce soit votre fils… il aurait dû avoir la politesse de me parler de cette histoire avant de vous envoyer [épuisement des voies de recours internes]

"Mouais… je crois que toutes ses tentatives se sont soldées par un échec… Il a déjà supplié votre fils, puis votre fille, puis votre femme de négocier avec vous pour récupérer le Frisbee de la dernière fois, en vain… Il ne pouvait espérer trouver un accueil favorable à ses requêtes au sein de votre famille, à défaut d'oreille disponible."

 

3) Bon… c'est quand même sa faute à votre fils là… La figurine n'avait pas être là! Il a contribué à cet incident… En bon père de famille vous devriez le laisser subir les conséquences de ses actes [mains propres]

"Seul Chuck Norris arrive à rouler trois fois sur une figurine en allant dans le même sens, vous l'avez clairement fait exprès… En outre je crois que rien n'interdit à mon fils de jouer sur ce trottoir qui ne fait pas partie de votre terrain! Et n'essayez pas de me dire que du coup le dommage ne s'est pas déroulé chez vous : c'est votre voiture qui a roulé dessus! Et puis… zut d'abord! N'avons-nous pas un accord de bon voisinage par rapport à votre palissade qui empiète sur mon terrain? Voulez-vous vraiment que je ressorte les plans ou que j'en parle lors du prochain conseil de quartier?"

 

            J'entends sa femme, Seïji (elle est asiatique je crois) lui ordonner de me laisser entrer qu'on règle l'affaire rapidement. Défait, Arnold me permet de mettre le pied dans sa villa.

 

Discussion au fond, non sans une certaine appréhension de ma part après avoir aperçu le kit de traction d'Arnold, acquis dans une société italienne établie en Espagne mais dirigée par des canadiens. J'espère qu'il n'aura jamais à faire jouer sa garantie…

 

            Je rentre une vingtaine de minutes plus tard, attendu de pied ferme par Raoul. Il sourit jusqu'aux oreilles lorsque je lui montre un chèque signé par le voisin. Bien légitimement il s'enquit de l'usage que je compte en faire :

 

"Tu vas me donner l'argent!?

-Noooon…

-Tu vas me racheter un Power Rangers…?

-Qui sait?

-Tu vas mettre le chèque sur mon livret?

-Pour financer une année sabbatique au Tibet une fois le bac acquis? Non…

-Mais… c'est moi qui t'ai envoyé!

-Oui, pour défendre mon honneur en tant que père. Mon honneur est rétabli, j'ai obtenu réparation pour tout le dommage que le voisin M'A causé en vertu des règles de bon voisinage. Il m'appartient désormais de déterminer ce que je ferai de cet argent… "

 

Raoul espérait l'application de la loi du Talion. C'était occulter le fait que, comme à l'époque bénie d'Hammourabi (nostalgie), la protection diplomatique ne satisfait pas nécessairement sa victime. Il appartient à l'Etat (moi) de disposer de ce magnifique chèque : Disperse, ventile, rembourse ou rachète la version 5.0 du Power Ranger Rouge Force Eclair, le choix n'appartient clairement pas à l'individu victime du préjudice de base, préjudice distinct de celui que je viens de réparer en affrontant Arnold.

Certes, le bon sens et l'opinion publique (belle-maman vient dîner ce soir) font que je m'inclinerai, mais Raoul n'a pas à le savoir maintenant.

 

Jeu, set et match raté. Dénonce-moi fils. À défaut de terre battue télévisée je me suis fait à l'idée de subir la corvée de gazon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Soyez Les Bienvenus!

  • : Le Droit international expliqué à Raoul
  • Le Droit international expliqué à Raoul
  • : Blog destiné aux confrères juristes en droit international, à leurs proches et aux curieux. Si vous esquissez ne serait-ce qu'un sourire ou réussissez à faire comprendre la clause de la nation la plus favorisée à votre maman grâce à ce blog, son objectif sera atteint. Autrement je n'ai pas le pouvoir de vous divertir... Animé par V. Ndior, MCF à l'Université Toulouse 1 Capitole.
  • Contact

DI et fictions

DI et Fictions

the godfather movie-10643

Partie Une

Partie Deux

Voyez aussi le projet de recherche de l'ULB Droit international et Cinéma et ses analyses de films et séries (dir. Olivier Corten et François Dubuisson).

Contributeurs

Contributeurs

Ont contribué à ce blog, en leur nom propre ou sous pseudonyme :

Anne de T.
Brejon, Aude
Dichotome
Dufour, Geneviève
Ecudor, Henri
Freddy
Jeanne
Jo'
L'Auvergnate
Latty, Franck
Lauranne
Mael

Marie
Maurel, Raphaël

Rios, Jacobo
Rochas, Sabrin
Rousseau, Nicolas
Sakay, Jarod
Sébastien
Steeve
Stocri
Sur, Serge
Thibault
Thomas
Valoche, Hervé

 

Merci à tous ces enseignants, étudiants et amis du droit international !